Très bonne année 2019 depuis Rome, en cette journée mondiale de la paix

1 janvier 2019 § Poster un commentaire

Allez directement à 3′ de cette vidéo pour voir arriver le Saint Père 🙂

«Nous avons le regard fixé sur Marie et sur l’enfant qu’elle tient dans ses bras. Et ainsi, en nous montrant Jésus, le Sauveur du monde, elle, la mère, nous bénit», «Elle bénit le chemin de chaque homme et de chaque femme en cette année qui commence et qui sera bénéfique dans la mesure où chacun aura reçu la bonté de Dieu, que Jésus est venu apporter au monde».

Retrouvez aussi ici son message pour la journée mondiale de la paix:

« Offrir la paix est au cœur de la mission des disciples du Christ. Et cette offre est adressée à tous ceux qui, hommes et femmes, aspirent à la paix au milieu des drames et des violences de l’histoire humaine. La ‘‘maison’’ dont parle Jésus, c’est chaque famille, chaque communauté, chaque pays, chaque continent, dans sa particularité et dans son histoire ; c’est avant tout chaque personne, sans distinctions ni discriminations. C’est aussi notre ‘‘maison commune’’ : la planète où Dieu nous a mis pour y vivre et dont nous sommes appelés à prendre soin avec sollicitude. »

Publicités

Bénédiction Urbi et Orbi, en direct de Rome…et en replay!

24 décembre 2018 § Poster un commentaire

A suivre en direct ici à 12h! ou en replay…vous pouvez avancer jusqu’à la 4ème minute pour avoir le début en fanfare 🙂

« Allons jusqu’à Bethléem » (Lc 2, 15) : c’est ce qu’ont dit et fait les pasteurs. Nous aussi, Seigneur, nous voulons venir à Bethléem. Aujourd’hui également la route est ascendante : on doit dépasser le sommet de l’égoïsme, il ne faut pas glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme. Je veux arriver à Bethléem, Seigneur, parce que c’est là que tu m’attends. Et me rendre compte que toi, déposé dans une mangeoire, tu es le pain de ma vie. J’ai besoin du parfum tendre de ton amour pour être, à mon tour, pain rompu pour le monde. Prends-moi sur tes épaules, bon Pasteur : aimé par toi, je pourrai moi aussi aimer et prendre mes frères par la main. Alors, ce sera Noël quand je pourrai te dire : ‘‘Seigneur, tu sais tout, tu sais que je t’aime’’ (cf. Jn 21, 17).

Lire l’homélie du pape François
« Grandeur d’un enfant qui est Dieu: son Père est le Dieu qui a fait le ciel et la terre, et Lui le voilà dans une étable, car il n’y avait pas d’autre endroit sur terre pour le maître de toute la création. » Le triomphe du Christ dans l’humilité, st Josémaria

 

« Le monde a grand besoin de paix », message de Noël du prélat de l’Opus Dei

21 décembre 2018 § Poster un commentaire

Mes très chers enfants, que Jésus vous garde !

Dans la nuit de Noël déjà proche, nous entendrons à nouveau les anges proclamer : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime » (Lc 2, 14). Chaque année, l’écho de ce chant emplit le monde entier, attisant en chacun une joyeuse espérance, d’autant plus que la paix est devenue proche et que nous pouvons la contempler dans le visage d’un enfant : « Il est notre paix » (Eph 2, 14), écrivit saint Paul, des années plus tard, en considérant le mystère de Jésus-Christ.

Le monde a un grand besoin de paix. Chacun de nous, nos familles, nos lieux de travail, les milieux dans lesquels nous nous trouvons, avons besoin de cet enfant que les anges ont annoncé comme le Sauveur (cf. Lc 2, 11). Sans Lui, tous les efforts pour pacifier les cœurs sont insuffisants. C’est pour cette raison que l’Église ne cesse de parler de Jésus aux hommes, comme le firent les bergers après l’avoir vu dans une étable (cf. Lc 2, 16-18). Nous voulons nous aussi l’annoncer : dans l’apostolat, « c’est du Christ que nous devons parler et pas de nous-mêmes » (Quand le Christ passe, n°163).

En ces jours de Noël, contemplons le grand mystère de l’amour de Dieu dans cet enfant qui nous est né (cf. Is 9, 5). Qu’il est facile de trouver et de retrouver la paix, la sérénité, en priant devant la crèche ! Laissons-nous captiver par Jésus dans une mangeoire, entouré de Marie et de Joseph ! En contemplant ce mystère d’amour, le Seigneur nous donnera un nouvel élan pour le faire connaître aux autres.

Avec tous mes vœux et ma bénédiction la plus affectueuse,

votre Père Fernando

Rome, le 16 décembre 2018

Le 8 décembre, fête de l’Immaculée, paix sur la terre comme au ciel…

6 décembre 2018 § 1 commentaire

La fête de l’immaculée approche. Magnifique fête où nous nous souvenons que la Reine du Ciel a tout pouvoir sur le coeur de son Fils: « Elle nous a précédé sur le chemin de l’imitation du Christ, et la glorification de Notre Mère représente pour nous la ferme espérance de notre salut. C’est pourquoi nous l’appelons notre espérance et la cause de notre joie. » St Josémaria.

Je me permets de relayer ici ce bel appel à « l’urgence de la fraternité » de Mgr Aupetit, archevêque de Paris. Il nous y invite, « en ces temps troubles que nous vivons », à confier la France à Marie.

« Les évènements récents montrent une souffrance importante d’une grande partie de nos concitoyens, qui génère la colère quand elle ne semble pas entendue et une frustration devant ce qui peut être pris pour de l’arrogance. Comme archevêque de Paris, je comprends la peine de ceux qui manifestent pacifiquement et luttent pour conserver une vie digne, je dénonce la violence scandaleuse de ceux qui en profitent pour saccager notre ville, je salue le courage des services de police et de gendarmerie et je m’unis au souci de nos gouvernants qui cherchent des réponses à la crise.

Notre pays souffre d’une incompréhension généralisée. L’individualisme devient la valeur absolue au détriment du bien commun qui se construit sur l’attention aux autres et en particulier aux plus faibles. Les valeurs de la République que sont la liberté et l’égalité sont parfois détournées par des réseaux d’influence qui réclament des droits nouveaux sans égard pour les plus vulnérables.

Où sont les véritables priorités ? Les urgences nationales, les « grandes causes » de notre pays ne peuvent légitimement être celles des revendications communautaristes ou catégorielles. Le devoir primordial de l’État est de garantir pour chacun les moyens d’entretenir sa famille et de vivre dans la paix sociale. Il nous faut reconstruire une société fraternelle. Or, pour être frères, encore faut-il une paternité commune. La conscience de Dieu le Père qui nous apprend à nous « aimer les uns les autres » a façonné l’âme de la France. L’oubli de Dieu nous laisse déboussolés et enfermés dans l’individualisme et le chacun pour soi.

La violence engendre la vengeance et la haine. Apprenons ensemble à nous écouter vraiment et à nous parler sans à priori méprisant pour ceux qui ne pensent pas comme nous. J’appelle modestement les protagonistes à un véritable dialogue où chacun accepte de sortir de ses certitudes pour établir un vrai diagnostic d’une situation délétère et trouver humblement les voies d’une reconstruction fraternelle de notre société. Je demande enfin aux chrétiens de prier et d’être ce qu’ils sont appelés à être au nom du Christ : des artisans de paix.

Je porterai notre pays dans la prière lors de la Messe de l’Immaculée Conception du vendredi 7 décembre prochain à 18h30 à Notre-Dame de Paris. En ces temps troubles que nous vivons, nous pourrons confier à la sainte Patronne de la France la paix de notre nation qui ne peut naître que de la justice.

+ Michel Aupetit,
archevêque de Paris

Voir sur le site du Vatican.

Fêtons l’Immaculée!

1 décembre 2018 § Poster un commentaire

« Qu’aurions-nous fait, si nous avions pu choisir notre mère ? je pense que nous aurions élu celle que nous avons, et que nous l’aurions comblée de toutes les grâces. C’est ce qu’a fait le Christ; dans Sa Toute-Puissance infinie, Son infinie Sagesse et Son Amour, Il a pu accomplir tout ce qu’Il voulait. »
Saint Josémaria, extrait de l’homélie la Vierge, cause de notre joie

Guadalupe, une des femmes pionnières de l’Opus Dei, béatifiée le 18 mai!

30 octobre 2018 § Poster un commentaire

Tout savoir sur la future bienheureuse,

Et voici la lettre du prélat de l’opus Dei pour nous annoncer cette grande joie:

Mes très chers enfants, que Jésus vous garde !

J’ai la joie de vous annoncer que le Saint-Père a fixé la date de la cérémonie de béatification de Guadalupe Ortiz de Landazuri au 18 mai 2019, à Madrid.

Les détails concrets de cette célébration restent encore à préciser, mais cette nouvelle nous remplit de gratitude envers Dieu et envers le Saint-Père. Je vous invite à prier avec moi Guadalupe aux intentions du pape, et particulièrement pour les travaux des pères synodaux réunis ces jours-ci à Rome pour parler des jeunes, de la foi et du discernement vocationnel.

Cet événement ecclésial met justement en relief la façon dont une vie au service de Dieu et des autres, y compris des plus nécessiteux, peut être pleine de joie et pleine de sens. C’est ce que nous constatons dans l’existence de la future bienheureuse. Guadalupe a su trouver Dieu dans l’exercice quotidien de son travail de scientifique et d’enseignante, dans les différentes tâches de formation et de gouvernement que saint Josémaria lui a confiées, et dans la maladie, vécue avec un grand esprit chrétien.

Ceux qui l’ont connue soulignent sa joie et sa bonne humeur – enracinée dans la conscience de sa filiation divine – unies à une détermination et une initiative qui ont forgé en elle un cœur universel. Son exemple est le reflet de la manière dont « le Seigneur demande tout ; et ce qu’il offre est la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. Il veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance » (Gaudete et exultate, n°1).

Je considère comme providentiel le fait que la béatification ait lieu le jour anniversaire de la première communion de Guadalupe. Ce fait nous rappelle que « mettre Jésus au centre de notre vie signifie se plonger davantage dans la prière contemplative au milieu du monde et aider les autres à emprunter des chemins de contemplation » (Lettre pastorale, 14 février 2017)

Guadalupe sera la première fidèle laïque de l’Opus Dei à être élevée sur les autels. C’est comme un sceau posé sur ce chemin que le Seigneur fit voir à saint Josémaria le 2 octobre 1928, et dont nous venons de célébrer le 90ème anniversaire.

Je vous bénis avec toute mon affection,

votre Père

Fernando.

Urgence d’octobre: répondre à l’appel du pape François…

6 octobre 2018 § 2 Commentaires

Besoin de motivations pour répondre à l’appel du pape François?« Comme autrefois, le Rosaire doit être aujourd’hui une arme puissante pour vaincre dans notre lutte intérieure, et pour aider toutes les âmes.
Que ta langue exalte Sainte Marie : ton Dieu demande de ta bouche réparation et louanges.
Puisses-tu savoir et vouloir semer dans le monde entier la paix et la joie, par cette admirable dévotion mariale et par ta charité vigilante. »        St Josémaria, préface de son livre de méditation sur le saint Rosaire

Où suis-je ?

Catégorie Humeur sur L'Opus Dei comme il va....

%d blogueurs aiment cette page :