Le 8 décembre, fête de l’Immaculée, paix sur la terre comme au ciel…

6 décembre 2018 § 1 commentaire

La fête de l’immaculée approche. Magnifique fête où nous nous souvenons que la Reine du Ciel a tout pouvoir sur le coeur de son Fils: « Elle nous a précédé sur le chemin de l’imitation du Christ, et la glorification de Notre Mère représente pour nous la ferme espérance de notre salut. C’est pourquoi nous l’appelons notre espérance et la cause de notre joie. » St Josémaria.

Je me permets de relayer ici ce bel appel à « l’urgence de la fraternité » de Mgr Aupetit, archevêque de Paris. Il nous y invite, « en ces temps troubles que nous vivons », à confier la France à Marie.

« Les évènements récents montrent une souffrance importante d’une grande partie de nos concitoyens, qui génère la colère quand elle ne semble pas entendue et une frustration devant ce qui peut être pris pour de l’arrogance. Comme archevêque de Paris, je comprends la peine de ceux qui manifestent pacifiquement et luttent pour conserver une vie digne, je dénonce la violence scandaleuse de ceux qui en profitent pour saccager notre ville, je salue le courage des services de police et de gendarmerie et je m’unis au souci de nos gouvernants qui cherchent des réponses à la crise.

Notre pays souffre d’une incompréhension généralisée. L’individualisme devient la valeur absolue au détriment du bien commun qui se construit sur l’attention aux autres et en particulier aux plus faibles. Les valeurs de la République que sont la liberté et l’égalité sont parfois détournées par des réseaux d’influence qui réclament des droits nouveaux sans égard pour les plus vulnérables.

Où sont les véritables priorités ? Les urgences nationales, les « grandes causes » de notre pays ne peuvent légitimement être celles des revendications communautaristes ou catégorielles. Le devoir primordial de l’État est de garantir pour chacun les moyens d’entretenir sa famille et de vivre dans la paix sociale. Il nous faut reconstruire une société fraternelle. Or, pour être frères, encore faut-il une paternité commune. La conscience de Dieu le Père qui nous apprend à nous « aimer les uns les autres » a façonné l’âme de la France. L’oubli de Dieu nous laisse déboussolés et enfermés dans l’individualisme et le chacun pour soi.

La violence engendre la vengeance et la haine. Apprenons ensemble à nous écouter vraiment et à nous parler sans à priori méprisant pour ceux qui ne pensent pas comme nous. J’appelle modestement les protagonistes à un véritable dialogue où chacun accepte de sortir de ses certitudes pour établir un vrai diagnostic d’une situation délétère et trouver humblement les voies d’une reconstruction fraternelle de notre société. Je demande enfin aux chrétiens de prier et d’être ce qu’ils sont appelés à être au nom du Christ : des artisans de paix.

Je porterai notre pays dans la prière lors de la Messe de l’Immaculée Conception du vendredi 7 décembre prochain à 18h30 à Notre-Dame de Paris. En ces temps troubles que nous vivons, nous pourrons confier à la sainte Patronne de la France la paix de notre nation qui ne peut naître que de la justice.

+ Michel Aupetit,
archevêque de Paris

Voir sur le site du Vatican.

Publicités

Fêtons l’Immaculée!

1 décembre 2018 § Poster un commentaire

« Qu’aurions-nous fait, si nous avions pu choisir notre mère ? je pense que nous aurions élu celle que nous avons, et que nous l’aurions comblée de toutes les grâces. C’est ce qu’a fait le Christ; dans Sa Toute-Puissance infinie, Son infinie Sagesse et Son Amour, Il a pu accomplir tout ce qu’Il voulait. »
Saint Josémaria, extrait de l’homélie la Vierge, cause de notre joie

Guadalupe, une des femmes pionnières de l’Opus Dei, béatifiée le 18 mai!

30 octobre 2018 § Poster un commentaire

Tout savoir sur la future bienheureuse,

Et voici la lettre du prélat de l’opus Dei pour nous annoncer cette grande joie:

Mes très chers enfants, que Jésus vous garde !

J’ai la joie de vous annoncer que le Saint-Père a fixé la date de la cérémonie de béatification de Guadalupe Ortiz de Landazuri au 18 mai 2019, à Madrid.

Les détails concrets de cette célébration restent encore à préciser, mais cette nouvelle nous remplit de gratitude envers Dieu et envers le Saint-Père. Je vous invite à prier avec moi Guadalupe aux intentions du pape, et particulièrement pour les travaux des pères synodaux réunis ces jours-ci à Rome pour parler des jeunes, de la foi et du discernement vocationnel.

Cet événement ecclésial met justement en relief la façon dont une vie au service de Dieu et des autres, y compris des plus nécessiteux, peut être pleine de joie et pleine de sens. C’est ce que nous constatons dans l’existence de la future bienheureuse. Guadalupe a su trouver Dieu dans l’exercice quotidien de son travail de scientifique et d’enseignante, dans les différentes tâches de formation et de gouvernement que saint Josémaria lui a confiées, et dans la maladie, vécue avec un grand esprit chrétien.

Ceux qui l’ont connue soulignent sa joie et sa bonne humeur – enracinée dans la conscience de sa filiation divine – unies à une détermination et une initiative qui ont forgé en elle un cœur universel. Son exemple est le reflet de la manière dont « le Seigneur demande tout ; et ce qu’il offre est la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. Il veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance » (Gaudete et exultate, n°1).

Je considère comme providentiel le fait que la béatification ait lieu le jour anniversaire de la première communion de Guadalupe. Ce fait nous rappelle que « mettre Jésus au centre de notre vie signifie se plonger davantage dans la prière contemplative au milieu du monde et aider les autres à emprunter des chemins de contemplation » (Lettre pastorale, 14 février 2017)

Guadalupe sera la première fidèle laïque de l’Opus Dei à être élevée sur les autels. C’est comme un sceau posé sur ce chemin que le Seigneur fit voir à saint Josémaria le 2 octobre 1928, et dont nous venons de célébrer le 90ème anniversaire.

Je vous bénis avec toute mon affection,

votre Père

Fernando.

Guadalupe, une femme de l’Opus Dei de la première heure!

25 octobre 2018 § Poster un commentaire

Alors que les restes de la Vénérable Guadalupe Ortiz de Landazuri viennent d’être transférés au début du mois d’octobre dans une église de Madrid, voici l’occasion de (re)-découvrir en image la figure attachante de Guadalupe. Modèle dans le travail, l’amitié et dans la joie, elle peut nous inspirer 🙂

Prière pour la dévotion privée

O Dieu, Toi qui veut que toutes les femmes et tous les hommes se sauvent et parviennent à la connaissance de la Vérité, accorde-moi par l’intercession de ta servante Guadalupe d’apprendre comme elle à réaliser avec amour le travail ordinaire ; accorde-moi aussi de savoir communiquer la foi et la joie à tous ceux qui m’entourent afin qu’ils se joignent à ceux qui te connaissent et qui t’aiment. Daigne glorifier ta fille Guadalupe et accorde-moi par son intercession la faveur que je te demande (la nommer). Amen.

Notre Père, je vous salue Marie, Gloire au Père.

Conformément aux décrets du Pape Urbain VIII, nous déclarons qu’il ne s’agit ici en aucune façon de devancer le jugement des autorités ecclésiastiques, et que cette prière n’est pas destinée au culte public.

Urgence d’octobre: répondre à l’appel du pape François…

6 octobre 2018 § 2 Commentaires

Besoin de motivations pour répondre à l’appel du pape François?« Comme autrefois, le Rosaire doit être aujourd’hui une arme puissante pour vaincre dans notre lutte intérieure, et pour aider toutes les âmes.
Que ta langue exalte Sainte Marie : ton Dieu demande de ta bouche réparation et louanges.
Puisses-tu savoir et vouloir semer dans le monde entier la paix et la joie, par cette admirable dévotion mariale et par ta charité vigilante. »        St Josémaria, préface de son livre de méditation sur le saint Rosaire

Fête de la fondation de l’Opus Dei, 90 ans…déjà!

2 octobre 2018 § 2 Commentaires

Joyeux anniversaire 🙂 !

Le fruit d’une fidélité sans faille à l’appel reçu dans la jeunesse 🙂 

Retrouvez ici quelques souvenirs de l’histoire de l’Opus Dei et la lettre du prélat pour la fête d’aujourd’hui:

« Considérons la primauté de Dieu : c’est Lui qui a fondé son Œuvre et qui continue de la faire progresser. Ici comme pour toute l’Église, les paroles de l’Évangile s’accomplissent : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi » (Mc 4, 26-28). Saint Josémaria fit tout ce qu’il put : une prière intense, une lutte intérieure décidée et une infatigable initiative apostolique. Il eut cependant toujours la conviction que toute cette force qui le poussait à servir les hommes venait de Dieu : « Je te remercie, Seigneur, parce que tu as voulu que je comprenne de manière évidente que tout vient de Toi : les fleurs et les fruits, l’arbre et les feuilles, et cette eau claire qui jaillit vers la vie éternelle. Gratias tibi Deus ! » (Dialogue avec le Seigneur). La primauté de la grâce de Dieu est également réelle en toute vie chrétienne, dans la vie de chacune et de chacun. »

Extrait de la lettre de Mgr Fernado Ocariz

Retour des Pays Baltes, un voyage éclair d’une intense richesse

26 septembre 2018 § Poster un commentaire

Le 4 septembre, pour préparer ce voyage, nous avons eu la grande joie de recevoir Mgr Jourdan, administrateur apostolique d’Estonie. De nombreux médias étaient présents pour recevoir cet éclairage personnel et profond.
Vous pourrez retrouver ici une interview exclusive réalisée par notre service de communication. Mais aussi l’intervention de Mgr Jourdan sur le plateau de KTO. Vous y apprendrez comment les catholiques estoniens sont passés de 6 ou 7 dans les années 70 à…6 ou 7000 aujourd’hui. Vous y découvrirez aussi leur extraordinaire vitalité, et la beauté du travail oecuménique auquel ils participent  🙂 !

De retour dans l’avion qui le ramène à Rome, le Saint Père nous livre sa propre vision de la situation des pays Baltes. Il n’élude aucun sujet, ni celui toujours complexe de l’immigration, ni celui de la nécessaire réconciliation après tant d’années d’authentique martyre pour ces pays sous domination totalitaire. Il trace aussi pour eux un chemin d’espérance qui pourrait bien nous inspirer! Bonne écoute:

Retrouvez aussi le bilan de vatican.news sur ce voyage, avec un accent intéressant mis sur la réflexion du pape à propos de « l’identité » et des « racines »: ni Europe identitaire, ni dissolution de l’identité.

%d blogueurs aiment cette page :