Le pape François fait applaudir Guadalupe!

19 mai 2019 § Poster un commentaire

Ce dimanche à Rome, lors de la récitation de Regina Coeli, le pape François s’est fait l’écho de la bonne nouvelle: l’Eglise compte une nouvelle bienheureuse! Il fait de Guadalupe un exemple pour les femmes impliquées dans la recherche scientifique et l’action sociale. En même temps, lors de la messe d’action de grâce célébrée à Madrid, le prélat de l’Opus Dei, Fernando Ocáriz, a rappelé que chaque saint était « une prouesse de Dieu ».

« La bienheureuse Guadalupe découvrit aussi l’importance et la joie d’apporter à des personnes la consolation de l’amitié avec le Christ. Elle fut encouragée par sa rencontre avec saint Josemaría et l’Opus Dei. Et depuis lors son histoire, en beaucoup de choses si semblable à la nôtre, commença à se transformer plus rapidement, en un exploit de Dieu. Elle entreprit aussi de nombreux voyages : Madrid, Bilbao, Mexique, Culiacán, Monterrey, Tacámbaro, Rome .. Elle sut aussi faire face à des tâches qui exigeait beaucoup de travail, à une maladie du cœur qui lui enlevait ses forces, à une multitude de difficultés quotidiennes. Mais elle comprit que le meilleur qu’elle pouvait donner était celui même que saint Paul: atteindre l’identification avec le Christ, et avec Lui et en Lui, réconforter avec la joie de l’Évangile, les personnes qu’il rencontrait sur son chemin. Être disponible pour les autres. Un jour, pensant à tout le travail à faire, elle écrivit à saint Josemaría: “Et tout cela, me connaissant comme vous me connaissez, Est-ce vrai que cela me grandit ? Mais je ne me décourage pas, je n’ai pas peur, je vous demande seulement une prière pour que jamais, en rien, que ce soit petit ou grand, je ne cesse de faire ce que Dieu veut” (Lettre15-III-1951). » extrait de l’homélie du prélat de l’Opus Dei.

 

Retrouver toutes les informations sur la vie et la cérémonie de béatification de Guadalupe sur le site internet qui lui est dédié.

A lire aussi, l’article d’Alétéia sur la nouvelle bienheureuse 🙂

Publicités

Béatification de Guadalupe, le compte à rebours!

1 mai 2019 § Poster un commentaire

Personnalité d’avant-garde et l’une des rares femmes à faire des études universitaires -scientifiques, qui plus est- dans l’Espagne des années 30, Guadalupe la chimiste, aura droit aussi à une béatification sous le signe de la modernité. Application numérique et géocatching à travers les rues de Madrid, voilà ce qui attend les jeunes qui embarqueront pour Madrid, ce 18 mai 🙂 !

Un petit retour en image sur la vie de cette scientifique atypique, résolument en avance sur son temps, qui fut l’un des piliers sur lequel put s’appuyer st Josémaria au début de l’Opus Dei….

Née à Madrid en 1916, en la fête de Notre Dame de Guadalupe, elle y fait ses études de Chimie à l’Université Centrale. Sa promotion ne compte cinq filles. Pendant la Guerre Civile d’Espagne, elle accompagne son père, officier, quelques heures avant son exécution. Elle pardonne les responsables, dès le premier instant. Après ce conflit, elle finit ses études supérieures et enseigne la Physique-Chimie chez les Religieuses Irlandaises et au Lycée Français de Madrid.

Début 1944, elle rencontre saint Josémaria Escriva, fondateur de l’Opus Dei, grâce à un ami. Elle comprend alors que le travail professionnel et la vie ordinaire peuvent être l’occasion d’une rencontre avec le Christ. Elle dira par la suite « Je perçus nettement que Dieu me parlait à travers ce prêtre ». Elle s’incorpore à l’Opus Dei cette année-là.

Dès lors, Guadalupe se livre sans conditions à la recherche de la sainteté et tâche d’approcher de Dieu le plus grand nombre de personnes. À Madrid, puis à Bilbao, elle s’investit tout spécialement dans la formation chrétienne des jeunes.

De 1950 a 1956 elle vit au Mexique où elle lance le travail apostolique de l’Opus Dei. Encouragées par Guadalupe, plusieurs de ses amies mettent en route des activités de promotion humaine et chrétienne (dont un centre de formation humaine et professionnelle de paysannes, dans une zone rurale de l’État de Morelos).

En 1956, elle s’installe à Rome pour collaborer au gouvernement de l’Opus Dei, avec saint Josémaria. Deux ans après, elle doit rentrer en Espagne, pour des raisons de santé, et elle reprend l’enseignement et la recherche scientifique. Elle soutient brillamment sa thèse doctorale en Chimie avec les félicitations du jury. Pionnière du Centre d’Études et de Recherche en Sciences Domestiques (CEICID), elle reçoit par la suite la médaille du Comité International de Rayonne et des Fibres Synthétiques, pour son travail de recherche sur les fibres textiles. En parallèle, elle s’occupe toujours des tâches de formation chrétienne de l’Opus Dei. Son désir d’aimer Dieu transparaît à travers son travail, son amitié et dans l’exemple de sa joie.

À 59 ans, elle décède à Pampelune, le 16 juillet 1975, en la fête de Notre Dame du Carmel, des suites d’une maladie cardiaque.

Depuis, la dévotion privée à Guadalupe s’est répandue de plus en plus….et les faveurs obtenues par son intercession sont aussi variées que sa vie! N’hésitez pas à lui demander un coup de main, le 18 surtout 🙂

Plus d’info ici

Veillée pascale en direct de Rome, avec le pape François

20 avril 2019 § Poster un commentaire

Chemins de Croix….

19 avril 2019 § Poster un commentaire

Notre Dame a repris des couleurs ce Vendredi Saint, pour accueillir les nombreux pèlerins qui se pressent sur l’Île Saint-Louis autour de l’archevêque de Paris. Un magnifique message de foi et d’espérance:

 » Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu » (Is 40,1). Ses paroles du prophète Isaïe résonnent fortement en ce jour de deuil où nous accompagnons la Passion et la mort de notre Seigneur Jésus-Christ en préparant nos cœurs à la joie de sa Résurrection. Notre-Dame de Paris, notre chère cathédrale, témoin de tant d’événements majeurs de notre pays, a été détruite par un incendie effrayant après avoir résisté si longtemps aux péripéties de son histoire. La France pleure et avec elle tous ses amis du monde entier. Elle est touchée au cœur car ses pierres sont le témoignage d’une espérance invincible qui, par le talent, le courage, le génie et la foi des bâtisseurs, a élevé cette dentelle lumineuse de pierres, de bois et de verre. Cette foi demeure la nôtre, encore et toujours. » texte intégral du Chemin de Croix

Et si vous voulez suivre le Chemin de Croix avec le pape François «Avec le Christ et avec les femmes sur la voie de la croix» , c’est ici…

Notre-Dame. Le pape François salue l’héroïsme des pompiers de Paris!

17 avril 2019 § Poster un commentaire

Lundi 15 avril 2019, 18h50: Paris brûle-t-il? Oui. Dans son coeur battant qu’est la cathédrale Notre-Dame…Lundi Saint. Le début de la Semaine la plus importante pour les Chrétiens. Ils y revivent la passion, la mort et la résurrection du Christ.

Au-delà de l’émotion, une extraordinaire réaction d’unité. De l’héroïsme, de la générosité…Comme si Notre Dame nous invitait à prendre à nouveau au sérieux le sens de cette Semaine Sainte.Comme si nous l’avions tous soudain entendue…

Quand les images en disent plus long que les mots:

« En saluant le courage et le travail des pompiers qui sont intervenus pour circonscrire l’incendie, je forme le voeu que la cathédrale Notre-Dame puisse redevenir, grâce aux travaux de reconstruction et à la mobilisation de tous, ce bel écrin au coeur de la cité, signe de la foi de ceux qui l’ont édifié, église-mère de votre diocèse, patrimoine architectural et spirituel de Paris, de la France et de l’humanité », télégramme du Pape François.

Interview exclusive de l’aumônier des sapeurs- pompiers de Paris  » dans Notre Dame en feu, j’ai récupéré Jésus et béni la cathédrale ».

Merci pour votre affection et votre prière, Très Saint Père.
Place aussi à la parole des poètes….

« À celle qui est infiniment droite. Parce qu’aussi elle est infiniment penchée. À celle qui est infiniment joyeuse. Parce qu’aussi elle est infiniment douloureuse. Septante et sept fois septante fois douloureuse. À celle qui est infiniment touchante. Parce qu’aussi elle est infiniment touchée. » Charles Péguy

Quelques pistes pour…plonger dans la Semaine Sainte!

15 avril 2019 § Poster un commentaire

« Contempler Marie, femme forte. D’elle nous voulons apprendre à rester debout à côté de la croix. Avec la même détermination et le même courage, sans dérobades et sans illusions. Elle a su accompagner la souffrance de son Fils, ton Fils ; le soutenir dans le regard et le protéger avec le cœur. Douleur qu’elle a subie, mais qui ne lui a pas fait baisser les bras. Elle a été la femme forte du « oui », qui soutient et accompagne, protège et prend dans ses bras. Elle est la grande gardienne de l’espérance. » Pape François Chemin de Croix des JMJ, Panama 2019

Méditer le Chemin de Croix: « Mon Seigneur et mon Dieu, sous le regard aimant de notre Mère, nous allons T’accompagner sur le chemin de douleur qui fut le prix de notre rachat. Nous voulons souffrir tout ce que Tu as souffert, T’offrir notre pauvre cœur contrit, parce que Tu es innocent et que Tu vas mourir pour nous, les seuls coupables. Ô ma Mère, Vierge des douleurs, aide-moi à vivre ces heures amères que ton Fils a voulu passer sur la terre, pour que nous, qui ne sommes faits que d’un peu de boue, puissions enfin vivre in libertatem gloriae filiorum Dei, dans la liberté et la gloire des enfants de Dieu. Chemin de Croix, Introduction.              Texte intégral du Chemin de Croix de st Josémaria

Redécouvrir le sens de la confession, avec le bienheureux Alvaro del Portillo, premier successeur de st Josémaria

La mi-Carême…déjà!

31 mars 2019 § 2 Commentaires

La mi-carême, déjà! Une occasion de faire le point? Voici quelques extraits de deux textes forts sur le Carême qui pourraient donner quelques pistes….

« Rappelez-vous ces mots de saint Augustin: Si tu dis: ça suffit, tu es perdu. Aspire toujours à davantage, chemine sans cesse, progresse toujours. Ne reste pas au même endroit, ne recule pas, ne dévie pas. Le Carême nous place, à présent, devant des questions fondamentales: est-ce que je progresse en fidélité au Christ ? En désirs de sainteté ? En générosité apostolique dans ma vie quotidienne, dans mon travail ordinaire parmi mes collègues ?

Que chacun, tout bas, réponde à ces questions; et il verra à quel point est nécessaire cette nouvelle transformation, pour que le Christ vive en nous, pour que son image se reflète, limpidement, dans notre conduite.

Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, se charge de sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Le Christ nous le dit de nouveau, comme à l’oreille, dans l’intimité: la croix chaque jour. Non seulement — ajoute saint Jérôme — dans les temps de persécution ou lorsque se présente l’éventualité du martyre, mais en toute circonstance, tâche, pensée, parole, renions ce que nous étions auparavant, et confessons ce que nous sommes désormais, puisque nous sommes nés de nouveau dans le Christ. »

« La conversion est oeuvre d’un instant, la sanctification est la tâche de toute la vie. La semence divine de la charité, que Dieu a déposée dans notre âme, aspire à croître, à se manifester en oeuvres, à produire des fruits qui répondent à tout moment à ce qui est agréable au Seigneur. Il est indispensable, pour cela, que nous soyons disposés à recommencer, à retrouver dans chaque nouvelle situation de notre vie — la lumière, l’élan de la première conversion. Voilà pourquoi nous devons nous y préparer par un examen profond, en demandant au Seigneur son aide pour mieux Le connaître et mieux nous connaître. Il n’y a pas d’autre chemin pour nous convertir de nouveau. » texte intégral de l’homélie de st Josémaria, la conversion des enfants de Dieu

« Où fixer alors le regard le long du chemin du Carême ? C’est simple: sur le Crucifié. Jésus en croix est la boussole de la vie, qui nous oriente vers le Ciel. La pauvreté du bois, le silence du Seigneur, son dépouillement par amour nous montrent les nécessités d’une vie plus simple, libre de trop de soucis pour les choses.

De la Croix Jésus nous enseigne le courage ferme du renoncement. Parce que chargés de poids encombrants, nous n’irons jamais de l’avant. Nous avons besoin de nous libérer des tentacules du consumérisme et des liens de l’égoïsme, du fait de vouloir toujours plus, de n’être jamais content, du cœur fermé aux besoins du pauvre. Jésus sur le bois de la croix brûle d’amour, il nous appelle à une vie enflammée de Lui, qui ne se perd pas parmi les cendres du monde ; une vie qui brûle de charité et ne s’éteint pas dans la médiocrité.

Est-il difficile de vivre comme lui le demande ? Oui, c’est difficile, mais il conduit au but. Le Carême nous le montre. Il commence avec la cendre, mais à la fin, il nous mène au feu de la nuit de Pâques ; à découvrir que, dans le tombeau, la chair de Jésus ne devient pas cendre, mais resurgit glorieuse. Cela vaut aussi pour nous, qui sommes poussière : si avec nos fragilités nous revenons au Seigneur, si nous prenons le chemin de l’amour, nous embrasserons la vie qui n’a pas de couchant. Et nous serons certainement dans la joie. » texte intégral de l’homélie de la messe des Cendres, du pape François

%d blogueurs aiment cette page :